Marche ou rêve, de paysage en paysages

Hakuna matata à Chuquicamata

Voir la plus grosse mine à ciel ouvert du monde, c'est un peu d'histoire, surtout des chiffres et une visite un peu frustrante...

Donc la mine de Chuquicamata:

- a été ouverte en configuration industrielle en 1915/1920 par des investisseurs Américains

- nationalisée en 1971 par le gouvernement Allende (et toujours exploitée par le gouvernement Chilien)

- emploie 18000 personnes, travaille 7/7J, 24/24H

- 1 548 000 T de cuivre ont été extrait en 2008

- produit un cuivre pur à 99,9997%

- est exploitée par un trou de 5 km de long, 3 km de large et 1 km de profondeur (le plus gros du monde)

- possède une centaine de camions dumpers de 330 à 400T de charge et aussi des pelles de 50 à 110T.

Vue d'un tiers de la mine

Les trous sont prêts pour le chargement du prochain tir de mine, pendant que ça monte et ça descend.

Je pourrais continuer encore longtemps avec le gigantisme des chiffres rébarbatifs, difficile de rendre sexy un article par trop industriel... Il n'y a pas que ça bien sûr et la visite vaut le coup d'oeil même si avec ma déformation professionnelle, j'aurais bien voulu en voir plus, m'approcher des pelles, des camions sentir ce que c'est que du terrassement avec des camions de 400T de charge et aussi visiter la fonderie. Là on est juste mis sur une estrade qui surplombe en panoramique cet énorme trou au milieu du désert. Un petit quart d'heure et puis c'est tout. On regarde de loin, les perfo en train de forer, les dumpers qui montent et descendent les 16 km de rampe pour aller au fond. C'est un autre monde surtout quand on pense à l'exploitation des mines d'argent de Potosi qui se trouvent à moins de 500 km à vol d'oiseau en Bolivie.

Ici un fameux Dumper, le truc rouge à l'arrière est un 4X4, histoire de vous donner une échelle comparative.

Ça grimpe doucement à charge...

Auparavant, le circuit organisé passe par l'ancienne ville minière évacuée en 2008, (25 000 habitants tout de même). Elle était trop proche de l'excavation qui ne cesse de grandir et sûrement aussi l'air ne devait pas être bien respirable même si la majorité des rampes de la mine sont arrosées. Une partie du village est déjà recouvert par les gravats, le centre ville et des maisons sont conservées à titre historique. C'est toujours surprenant une ville fantôme, des aires de jeux abandonnées, des rues poussiéreuses et sans vie, enseignes de magasin délavées. Seuls les arbres de la place centrale sont encore arrosés, ceux des jardins des maisons individuelles sont morts depuis longtemps.

On estime a encore 50 ans les réserves de cuivre de cette mine, grosse pourvoyeuse de dollars dans le budget du pays et faisant du Chili le premier exportateur mondial. Un phénomène géologique qui permet au Chili de dire hakuna matata* pour quelques années encore.

 A+

*Hakuna matata est issue de l'expression kiswahili Hakuna matatiso, signifiant « aucun souci ». (Wikipedia)

 

 


Publié à 20:25, le 11/05/2011, dans Chili, Chili
Mots clefs : chuquicamatamine de cuivrechili


{ Page précédente } { Page 1 sur 2 } { Page suivante }

Translation / Traducción

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Argentine
Argentine et Chili
Bolivie
Bresil et Uruguay
Chili
Colombie
Equateur
Indonesie
Itineraire
Lettonie
Nouvelle Zelande
Perou
Preparation au depart

Derniers articles

Voyage, introspection, bilan, c'est la fin.
Les rencontres au fil des jours, l'itinéraire, les livres lus...
La vie c'est comme une boite de chocolat...
Du battant des lames au sommet des montagnes, voir un peu plus, un peu moins

Sites favoris

Mon autre blog
Photos de Voyage depuis 2006
Apprendre la photo
Aventure motarde
Crunch The Globe - Un blog supair

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email