Marche ou rêve, de paysage en paysages

Vadrouilles Balinaises

La conduite indonésienne

La conduite en motorbike à Bali est une activité à part entière. Entre Philippines et Vietnam, j'avais déjà pratiqué il y a quelques années donc ce n'était guère une nouveauté, tout juste une remise en jambe. Les usages de la route asiatique sont simplissimes: La priorité du plus gros est toujours la meilleure et priorité à celui qui la prend. Partant de là, on double, repasse, évite, accélère, freine, zigzague dans des conditions un peu limites mais sans jamais dépasser de vitesses excessives pour éviter les mauvaises surprises. Une fois ce petit précis de conduite acquis, normalement, on arrive à s'en tirer.

Mieux que des mots, Benoît a eu la bonne idée de filmer par dessus mon épaule quelques instantanés de notre itinéraire jusqu'à Selat, un petit village de montagne au pied du mont  Agung. Du film avec des dépassements dans des routes étroites, des  rizières en terrasse sur le latéral. (Vous pouvez couper le son, ce n'est pas la bande sonore d'easy rider) [celui qui arrivera a mettre les trois films en un, aura toute ma reconnaissance]

 

 

 

Dans la majorité, nos virées nous ont menées dans les routes de campagnes plus calmes évitant les villes ou et ses flots de deux roues, voitures et de camions. L'idéal pour la recherche de la photo de rizière "qui tue" (mais pas encore trouvée cependant).

***

A selat, c'est le Mont Agung qui nous attendait. Nous avions la ferme intention de gravir ce volcan pour aller y prendre notre petit-déjeuner. Un petit-dej qui se mérite: Réveil à 1h30 du matin pour trois heures de grimpette à la frontale, quelques litres de sueur et un lever du soleil par delà les nuages. Des moments magiques qui font oublier les courbatures du lendemain ou la descente en marche arrière (n'est-ce pas Benoît!).

L'aurore aux doigts de rose vers les 2800 mètres.

 Au loin, le Rinjani, un autre volcan à conquérir sur l'île de Lombok

 Premiers éclats.

 Benoît face à son destin...

 Le penseur (de Rodin) revisité au dessus des nues.

Vol au dessus d'un lit de nuage.

 

Nous n'étions pas les seuls à gravir, tout le village est venu sacrifier une chèvre et faire quelques prières au bord du cratère.

Montée en tongs et sans lumière avec 15 kilo qui gigotent sur le bambou, ça rend humble nos petits efforts de l'ascension.

Retour à notre point de départ avec le temple dans la brume matinale. Une ambiance d'un autre temps.

Nous sommes parti avec Gung Bawa Trekking, une petite agence et un guide très sympathique que je recommande chaudement si l'envie d'aller gravir ce volcan vous tente.

 ***

Gastronomie gargotière.

Nous errances balinaises sont aussi des moments pour goûter la cuisine des échoppes et petites boutiques / épiceries que l'on rencontre en route.

Une cuisse de poulet, du riz frit (nasi goreng) ou des nouilles avec un oeuf  cheval, un coca ou des sodas aux gouts improbables, c'est l'occasion de tester ce que le routier local a dans son assiette. Bref, on mange pour 2/3 euros et sans pour autant avoir recours à l'imodium le lendemain. Ce n'est pas extrêmement varié mais c'est bon. Le soir, on s'offre tout de même des plats un peu plus élaborés avec une Bintang fraîche, la bière locale.

 

 

 ***

Culture

Passage obligé du touriste, nous n'y avons pas échappé: Le spectacle de danse balinais. Un mélange de théâtre dansé / opéra. En fait on ne sait pas trop, c'est un peu ce que nous avons ressenti:  Je n'ai pas tout pigé, ça manque de pédagogie. Disons que ce sera peut être un sujet à approfondir un jour.

Donc des choeurs qui psalmodient, des danseuses maquillées, chapeautées de couvre-chefs aux mille couleurs, des mains à l'équerre et des personnages de génie aux masques chatoyants dans un éclairage aux chandelles. Le spectacle se termine avec un homme-cheval qui balance des grands coups de pieds dans un feu de noix de coco faisant gicler des gerbes d'étincelles. J'ai  pris plus de plaisir à prendre des photos de la représentation que le show lui-même. Intéressant mais sans plus pour moi.

 

 
 

 

 

 

 

Voila, il est temps d'aller se faire cuire un peu la couenne sur les plages à cocotier, grimper sur d'autres volcans ou d'aller plonger et voir du requin...

A+


Publié à 14:56, le 15/10/2011, dans Indonesie, Bali
Mots clefs : MONT AGUNGbaliindonésieLever du soleilmotorbikescootersommetVolcancuisine


{ Page précédente } { Page 1 sur 2 } { Page suivante }

Translation / Traducción

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Argentine
Argentine et Chili
Bolivie
Bresil et Uruguay
Chili
Colombie
Equateur
Indonesie
Itineraire
Lettonie
Nouvelle Zelande
Perou
Preparation au depart

Derniers articles

Voyage, introspection, bilan, c'est la fin.
Les rencontres au fil des jours, l'itinéraire, les livres lus...
La vie c'est comme une boite de chocolat...
Du battant des lames au sommet des montagnes, voir un peu plus, un peu moins

Sites favoris

Mon autre blog
Photos de Voyage depuis 2006
Apprendre la photo
Aventure motarde
Crunch The Globe - Un blog supair

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email