Marche ou rêve, de paysage en paysages

Désir de jungle

La forêt amazonienne. J'en rêvais gamin! Partir machette à la main, découvrir quelques antiques citées perdues dans la jungle. Passent les années, les aventures à la  Indiana Jones s'évanouissent mais reste un désir de jungle. Ressentir l'atmosphère qui s'en dégage, perdre ses repères dans l'immensité forestière et mystérieuse. Si la recherche archéologique n'est plus le moteur de ma passion, la découverte des éco-systèmes, la photo animalière la remplace allègrement.

Tout commence par six heures de bateau pour remonter les rivières Beni puis Tuìchi. Passé la première heure, il n'y a plus que la végétation luxuriante entremêlée de brume qui borde la rivière. On croise malgré tout, une ou deux barques au profil effilé chargées de banane avant d'accoster sur une simple berge de sable en début d'après-midi.

On s'engage sur un sentier de deux kilomètres dans la forêt avant de  déboucher sur une clairière aménagée. Des constructions en bois aux toits de "chaumes", des pamplemoussiers et dans une trouée, la vue sur un petit lac. Chalalán Eco-lodge, mon pied à terre pour trois jours au milieu du parc national Madidi (ma doudou!).

 

 Vue sur le lac

 

***

Une fois créé le climat et planté le décor la suite ne nécessite guère plus que des photos légendées.

Un hoazin huppé,

 Martin pêcheur,

 

 cormorans,

 

 Aras, 

 

 et autres espèce inconnues.

 Question végétal, c'est fourni aussi. Un arbre à épine pour protéger son tronc tendre des pécaris.

 Un ficus aux racines imposantes

 et autres troncs grand format...

Le palmier dont vous ne voyez que le tronc a la capacité de se déplacer (de 40 à 1m en quatre ans) en faisant pousser des racines déportées et abandonnant les anciennes

 

Regard croisé dans les branches

 

mais au final, pas de stress...

 

Autre arbres, autres singes

Un pécari dans la pénombre.

Un cerf

Une tarentule qui nous rappelle de bien vérifier ses chaussures avant de les enfiler le matin.

 

mais aussi papillon et chenille qui posent ensembles

Petit caïman en sortie sur le lac.

Grenouilles aux couleurs sympathiques

 

Toutes ces photos, je les dois en grande partie à Andres, le guide de ces trois jours qui allie les connaissances de son enfance dans la forêt doublée de la connaissance biologique moderne. Son ouïe, sa vision sont d'une acuité incroyable. Il débusque les oiseaux, pécaris, grenouilles, reconnait le cris des animaux, sait les plantes médicinales et m'a fait découvrir les arbres à ail, les araignées sans toiles ou au contraire celles qui vivent en société comme les fourmis et tant de chose qu'on serait encore là demain si je devais les décrire.  

 

A+

 


Publié à 20:04, le 3/04/2011, dans Bolivie, Rurrenabaque
Mots clefs : parc national MadidiChalalanrurrenabaqueboliviejungle


{ Page précédente } { Page 2 sur 2 } { Page suivante }

Translation / Traducción

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Argentine
Argentine et Chili
Bolivie
Bresil et Uruguay
Chili
Colombie
Equateur
Indonesie
Itineraire
Lettonie
Nouvelle Zelande
Perou
Preparation au depart

Derniers articles

Voyage, introspection, bilan, c'est la fin.
Les rencontres au fil des jours, l'itinéraire, les livres lus...
La vie c'est comme une boite de chocolat...
Du battant des lames au sommet des montagnes, voir un peu plus, un peu moins

Sites favoris

Mon autre blog
Photos de Voyage depuis 2006
Apprendre la photo
Aventure motarde
Crunch The Globe - Un blog supair

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email