Marche ou rêve, de paysage en paysages

Direction les Andes

Sortis de la péninsula Valdès et Trelew, la voie mécanique du GPS, nous annonce "tournez à droite, puis la prochaine à droite à 554 km". Voila qui annonce la couleur.

Nous nous enfonçons dans le coeur de la Patagonie, dans cette immensité où défilent imperturbablement les kilomètres en ligne droite sans que le paysage ne change vraiment. Toujours, ces plaines semi-désertiques avec une maigre végétation ne dépassant pas 1,50m et les moutons comme seules âmes vivantes. Nous remplissons le réservoir dans des villages battus par les vents qui s'égrènent tout les 70/80 bornes. Il n'y a pas grand monde sur la route, on croise au plus une dizaine de camion et 2 ou 3 voitures ont du nous doubler depuis Trelew.

 

Puis, enfin le relief s'amorce, au loin de la verdure annonce le lit d'une rivière (Chubut). Et c'est un tout autre paysage qui s'ouvre devant nous. Des collines, des falaises au couleurs mêlées de rouges, bruns, jaunes. On prend plaisir a tourner le volant, contourner ces collines avec une route qui suit le relief. Quelques lacs asséchés, des estancias perdues dans ces immensités agrémentent le plaisir de conduire ici. Peu à peu la route grimpe et enfin au au passage d'un col, le graal. les cimes enneigées des Andes.

 

 

Après 554 km, notre route trouve enfin une intersection majeure, la fameuse ruta 40 qu'on reprendra ensuite en direction du sud. Pour l'instant on remonte un peu au Nord pour rejoindre le parc de los alerces. En ajustant le GPS sur le parc et non sur la ville la plus proche comme au départ, l'appareil nous propose une piste qui en plus de nous faire gagner du temps et des kilomètres, nous enfonce dans des paysages de transition qui me plaisent vraiment.

Retour à la verdure, aux prés, aux vaches avec des haciendas bordées de peupliers, nichées dans les vallées. Ce regain de vie nous redonne le sourire de plus que la vue est superbe même si quelques nuages sur le sommets nous inquiètent.

C'est un vrai plaisir de rouler sur cette piste "perdue", il faut parfois ouvrir et refermer les barrières qui entrecoupent la route, le boulot est loin, une part de rêve qui se réalise.

 Le matin, nous quittions l'atlantique et voila que nous arrivons à la limite de partage des eaux avec le pacifique. Le Chili n'est qu'à une quarantaine de kilomètre à vol d'oiseau.

Une petite bruine et à peine une dizaine de degré nous accueille dans le parc de los alerces. On nous dit qu'il fait froid pour la saison avec des averses de neige il y a encore dix jours. C'est bien notre veine. Surtout que je n'arrive pas à faire fonctionner le radiateur au gaz. Bref, on couche habillé de polaire et c'est le bout du nez glacé qui nous attend au réveil. C'est sensé être l'été...

Néanmoins, quelques éclaircies laissent apparaître toute la beauté du parc. Montagnes aux cimes enneigées, lac, forêt.

Les jours suivant, le soleil apparaît, un temp idéal pour réaliser des petites randonnées de 4/5Heures dans ce superbe environnement.

C'est agréable de marcher dans une nouvelle végétation avec des chants d'oiseaux inconnus, des petits piafs sympathiques qui se laissent photographier quand ce n'est pas des lièvres qui débourent à fond de train au détour d'un sentier pour me faire sursauter.

En dehors des très beaux paysages, le parc a pour but de protéger ces forêts andines et notamment les alerces, type de conifère dont certain dépasse les 2500 ans. Nous ne sommes pas allés  voir le vieux grand père (pas envie de débourser les 30 euros par tête de pipe), on s'est contenté des moyennement âgés aux alentour de 800 ans....  Il y a aussi les coihues, sorte de hêtres énormes et très hauts. La marche sous ces futaies est plaisante.  Couchés en travers des torrents, ils servent de pont.

La vue depuis notre campement.

 

Panorama au fil d'une rando.

 

La seconde nuit, on fait notre premier barbec dans notre campement au bord du lac.  Ici le kilo de filet de boeuf vaut une bouchée de pain et on ne va pas se priver malgré mon souhait de perdre quelques kilo pendant cette année... C'est bien mal parti avec l'Argentine.

Malgré la fraîcheur, ce parc me laisse un très bon souvenir mais il faut déjà repartir direction San Carlos de Bariloche.

A +

 


Publié à 22:30, le 17/12/2010, dans Argentine, Patagonie
Mots clefs : los alercesPatagonieArgentinerandonnéeLac


{ Page précédente } { Page 2 sur 2 } { Page suivante }

Translation / Traducción

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Argentine
Argentine et Chili
Bolivie
Bresil et Uruguay
Chili
Colombie
Equateur
Indonesie
Itineraire
Lettonie
Nouvelle Zelande
Perou
Preparation au depart

Derniers articles

Voyage, introspection, bilan, c'est la fin.
Les rencontres au fil des jours, l'itinéraire, les livres lus...
La vie c'est comme une boite de chocolat...
Du battant des lames au sommet des montagnes, voir un peu plus, un peu moins

Sites favoris

Mon autre blog
Photos de Voyage depuis 2006
Apprendre la photo
Aventure motarde
Crunch The Globe - Un blog supair

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email