Marche ou rêve, de paysage en paysages

Buenos Aires, du tango, du polo

Dès l'aérogare, le souffle chaud et humide de l'été nous enveloppe. Il fait 28 C dans une humidité proche de nos habitudes réunionnaises. Les abords d'un aéroport sont aussi les premières impressions sur un pays. C'est un dimanche matin tranquille, sur de grandes autoroutes moyennement propres, circule un mélange de véhicules s´étalant sur plusieurs décennies. On y croise des taxi 504 Peugeot, des R12 Renault hors d'âge, d'antique 4x4 américain comme le dernier cri de mercedes ou des citroên C5 rutilantes. Bref, c'est plus de 40 années de production de voiture qui se côtoient. 

On embarque dans le bus de ville N8, qui ne nous fera pas découvrir Buenos Aires par son coté le plus attrayant. Quelques familles pique niques sur les terres pleins des échangeurs... On remonte pendant 1H30 la Rivadavia, une des plus longue rue du monde (pas eu le temps de vérifier)  sur près de 46 km se succèdent magasins, kiosques, petites échoppes entrecoupées d'enseignes internationales comme Mac Do, Pneu Pirelli, Wolfswagen etc. Ce n'est pas trop reluisant, si ce n'est pas miséreux, c'est tout de même un peu crasseux, signe sans doute des difficultés économiques qu'a subi l'Argentine couplé à la démesure d'une mégapole. C'est grand, pour sûr. Il n'y a pas de nom de station, il faut connaître le numéro du bloc de son adresse de destination. Avec notre espagnol jargonnant on arrive a se faire comprendre, à défaut de bien comprendre ce que l'on nous dit mais les porteños sont plutôt avenants quand on leur demande des infos.

Grâce au couch-Surfing, nous avions quelqu'un chez qui loger pour nos trois premiers jours, manque de pot pour notre première en tant que guest, personne à l'appart... On se rabat sur un petit hôtel dans le centre sans soucis, la vie est belle, c'est le début du voyage on ne va pas commencer a stresser.

Au centre, Buenos Aires offre un visage beaucoup plus sympa, de belles avenues, des édifices à l'architecture difficile à cerner mais jolie. Cafés, bars et restaurant classieux se succèdent même si la misère n'est pas trop loin avec quelques clochards ça et là (comme partout).

 

 

Le cireur de chaussure, scène courante à BA

Le métro vintage...

 

Le contact avec nos guests est fait le lendemain, juste un petit oubli de leur part. Beatrice, photographe nous propose de l'accompagner pour un reportage sur le Polo. Nous voila a reprendre un train qui traverse des banlieues miteuses jusqu'à s'éloigner suffisamment de Buenos aires pour se retrouver à Lujan, petite ville de campagne  avec un peu de verdure c'est les abords de la Pampa. Nous allons voir un match amical et privé, n'empêche que le niveau est très relevé d'après Ruth une pétillante étudiante anglaise (journaliste) grâce à qui nous devons notre présence dans ce milieu cossu. C'est un sport de l'élite, l' Argentine possédant, au passage, les meilleurs joueurs du monde (les seuls avec handicap 10).

Un taxi nous mène jusqu'à l'hacienda? Dès le passage de la barrière, on entre dans un autre monde. De grandes allées de peupliers et une piste qui serpente entre les prés où paissent les chevaux. Tout y est soigné jusqu'au moindre détail, on sent le propre, le riche, le classieux. Aucun poteau de clôture ne dépasse de l'alignement. Nous faisons quelques kilomètres avant d'atteindre le terrain. Un match vient de se terminer et déjà les garçons d´écurie préparent les cinq chevaux par joueurs nécessaires à ce jeu. Arrive ensuite les joueurs (4 par équipe). On comprend aisément que ce n'est pas donné à tous le monde. Là aussi, costumes propres, couleurs uniformes que rien ne vient dépareiller si ce n'est la couleur des chevaux. Les sponsors vont de paire, ici c'est BMW, le champagne ou les montres de luxe.

 

Sans rentrer dans le détail des règles, le but est de parvenir à mettre une balle de bois entre les deux poteaux adverses au moyen d'un long maillet en étant à cheval. Le spectacle est saisissant et beau. Les cavaliers manient précisément leur monture, c'est remarquable même pour un non initié comme moi. En tout cas, c´est photogénique et je ne me prive pas de me régaler de ce spectacle, tout heureux de me retrouver ici dans une magnifique propriété, qui l'aurait cru quelques jours plus tôt.

Le foot s'invite?

 

 Place à l'action

  

Le lendemain nous continuons nos ballades urbaines dans Buenos Aires. Nous réservons pour un show de tango pour touristes. Ce repas et spectacle vont manger en une fois le budget de plusieurs jours mais c'est un passage obligé dans cette ville, je pense.

Pour moi, le tango en particulier et la danse en général c'est pas mon truc.  C'est sensuel, les danseurs connaissent leur taf mais allez savoir si c'est le décalage horaire doublé du vin et champagne à volonté, mais l'ardeur de l'accordéoniste, des beaux mâles gominés en costard et leurs cavalières bien roulées aux robes fendues n'ont pu m'empêcher de résister à un terrible coup de barre à la trois ou quatrième danse.

Sandra m'a réveillé ver la fin (qui ressemblait beaucoup au début), il parait que c'était bien. Le peu que j'ai vu me suffit pour vous dire, qu'en effet, le tango, c'est bô.

A+

 

 

 


Publié à 22:00, le 25/11/2010, dans Argentine, Buenos Aires
Mots clefs : ArgentineBuenos Airestangopoloville


Commentaire sans titre

10:26, 30/11/2010 .. Publié par Sylvain
Allez, l'aventure commence donc plutôt bien... Dommage, on aurait bien vu quelques photos de toi en train de "tangoter"...
Bon vent à tous les deux!
Bise
Sylvain

Tu ne changeras jamais !!!

03:31, 3/12/2010 .. Publié par Les mempakap
Même a l'autre bou t de la terre tu rest un bourain du BTP !!!
Aucune sensibilité à la danse !!!!
Lol !!!
Sinon super tes photos, on espère que vous avez bien profité de BA !!!
mais tu va voir iguazu, c'est terrible !!!
beijos et bon courage depuis le mexique !!!
PS: Mempakap = laeti et Will

{ Page précédente } { Page 73 sur 77 } { Page suivante }

Translation / Traducción

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques

Argentine
Argentine et Chili
Bolivie
Bresil et Uruguay
Chili
Colombie
Equateur
Indonesie
Itineraire
Lettonie
Nouvelle Zelande
Perou
Preparation au depart

Derniers articles

Voyage, introspection, bilan, c'est la fin.
Les rencontres au fil des jours, l'itinéraire, les livres lus...
La vie c'est comme une boite de chocolat...
Du battant des lames au sommet des montagnes, voir un peu plus, un peu moins

Sites favoris

Mon autre blog
Photos de Voyage depuis 2006
Apprendre la photo
Aventure motarde
Crunch The Globe - Un blog supair

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email